[ Laïzé ] est une expression taïwanaise que l’on entend dans les petits commerces à Taïwan signifiant littéralement« Passez quand vous voulez ! » Lorsque vous sortez d’une boutique à Taïwan, le marchant vous saluera d’un laïzé ! Cette expression montre bien l’hospitalité des Taïwanais et les liens qui se tissent entre les marchants des
petits commerces et leurs clients qui sont invités à venir flâner dans les boutiques quand ils le souhaitent.
C’est dans cet état d’esprit que nous vous invitons chez Laïzé à Paris.Vous êtes toujours le bienvenu chez nous pour savourer un thé ! Vous découvrirez chez Laïzé un endroit ou la culture traditionnelle du thé à Taïwan et la vie moderne se rejoignent.
Toujours savoureux, chauds ou rafraichissants selon les saisons, nos thés sauront vous surprendre !
Passez quand vous voulez !

Notre thé provient du versant sud de la montagne Pakua, située au centre de l’île, où il grandit dans une terre ocre irriguée par la source de la montagne, permettant aux feuilles d’arriver à maturation et de révéler leur odeur très parfumée sans l’utilisation d’aucun additif. Il est ensuite acheminé à Tainan, qui est la capitale culturelle de Taïwan, auréolant ses arômes naturels d’une dimension historique très importante pour les Taïwanais.

Dans les plantations, nos théiers poussent au milieu d’autres plantes afin de ne pas les isoler de leur milieu naturel. Leurs feuilles sont entretenues avec soin puis récoltées à la main. On peut voir des papillons et des abeilles voler autour des arbustes. C’est précisément cet environnement entièrement naturel qui nous permet d’assurer la qualité de nos thés tout en respectant l’écosystème. Une fois la fermentation des graines terminée, elles sont grillées par nos Maîtres de thé. Vous pouvez alors savourer les arômes de Formosa dans votre tasse !

 

  L’Asie a une culture millénaire du thé. Il fut pendant longtemps considéré comme un breuvage médicinal et était la boisson de choix des classes sociales influentes et des lettrés. A partir du IX ème siècle après J.C, le thé commença à être exporté au Japon au même moment que le bouddhisme, scellant ainsi un lien avec le spirituel qui ne devait jamais plus se défaire par la suite.

 

Taïwan est le sol natal et fertile d’un théier particulier : le Camelia Formosensis. Par ailleurs, à partir du XIX ème siècle, de nombreux autres arbres à thés commencèrent à être importés et cultivés à Taïwan grâce à son climat particulièrement favorable aux théiers. Certains furent aussi exportés vers d’autres continents grâce aux comptoirs et autres échanges commerciaux avec l’occident.

A partir de 1895, Taïwan est sous domination Japonaise. Le commerce du thé est alors à son apogée. L’Exposition Universelle de 1900 à Paris dédie un espace à la dégustation de thé qui met particulièrement à l’honneur le thé de Formosa, nom désignant alors à l’époque l’île de Taïwan. Le Thé oolong taïwanais remporte le premier prix des meilleurs thés dans l’exposition et c’est à cette époque qu’il construit, par-delà ses frontières, la réputation qu’on lui connait aujourd’hui. Dès lors, un marché s’ouvre pour le thé taïwanais en France.

Après la Restauration de l’ère Meiji (1868), au même moment où les Japonais commencent à adopter certains aspects de la culture occidentale, le thé noir entre dans leurs habitudes. Afin de satisfaire une demande toujours croissante, Taïwan commence à produire du thé noir en plus de ses thés traditionnels. En 1937, le thé noir de Formosa obtient un label de thé d’exception à l’étranger, label délivré à l’époque par une grande maison d’enchères de Londres. Ce thé est aussi consommé par la famille royale Japonaise.

Après la seconde guerre mondiale, un employé Japonais hérite d’un débit de boissons qui lui est légué par sonpatron. Ce dernier transforme son activité initiale de débit de boisson en unétablissement ne servant désormais que du thé. Le nouveau propriétaire réalise alors que la mousse légère qu’il obtient avec les shakers à cocktails et
qu’il utilise pour faire des thés glacés a pour effet de réduire l’amertume naturelle du thé noir. Ainsi naissent les bases du bubble tea taïwanais.

Dès lors, de nombreuses maisons de thé commencent à se lancer dans des créations expérimentales à partir des bases jetées par le thé au lait Boba. Désormais, on trouve de nombreuses boutiques de thé à Taïwan mais aussi dans le monde entier. La spécificité des thés taïwanais a fait passer ces derniers de simple produit d’exportation à un symbole majeur de la vie moderne à Taïwan.

Ces dernières années, les techniques de fabrication du thé n’ont cessé de s’améliorer et ont encore davantage révélé les caractères d’exception du thé taïwanais. Qu’il s’agisse de la cérémonie traditionnelle du thé ou des désormais célèbres bubble tea taïwanais, ces préparations uniques révèlent la diversité de la culture du thé taïwanais qu’il vous reste à découvrir !

 

  12:00 - 22:00  7/7

09 87 09 15 75

19 Rue de Montmorency 75003 Paris

         

métro Rambuteau exit.4   1 minutes 

métro Arts et Métier 3 minutes